Rencontre avec Jean-Marie Goater, fondateur du café-éditeur le Papier Timbré et des éditions Goater.

Jean-Marie Goater, adjoint à la Maire de Rennes, délégué à la démocratie locale et fondateur des éditions Goater, est également engagé dans les démarches écologiques locales.
Avec la création du café le Papier Timbré en 2009, l’ancien libraire donne vie à un lieu chaleureux et dynamique, qui met en avant des ouvrages engagés.

Comment s’est créé le café du Papier Timbré et d’où vient ce nom?

Le Papier Timbré a été créé il y a dix ans cette année. C’était un bar en liquidation officielle et on a voulu en faire un café-librairie-maison d’édition, l’enjeu étant que ce soient des activités complémentaires et dont le bar puisse financer la partie production et édition de livres.
Le nom du bar est une référence à la révolte du papier timbré, qui est une révolte de la haute Bretagne en 1675, contre l’augmentation des des taxes. Ces émeutes sont parties de la rue basse et de la rue haute de Rennes (aujourd’hui appelées rue de Dinan et rue de St Malo). Ce sont des émeutes urbaines qui ont duré quelques jours et qui ont été très sévèrement réprimées par le pouvoir royal de Louis XIV. Cette référence à l’histoire de la ville nous a semblé cohérente avec notre démarche, à savoir être un lieu d’engagement et d’accueil des alternatives, des luttes, des colères comme des joies de la population de Rennes.

Pouvez-vous nous parler de la vie et de la communauté du PT?

On a une activité assez débordante dans différents domaines. Bien sûr cette ligne autour du livre, où on va faire des rencontres, des lectures, des dédicaces. Il y a toute une activité de bar de quartier et engagé. Par exemple, le mardi, soirée jeux de société ou blind test. Le mercredi c’est boeufjazz assez accessible et populaire, le jeudi et le week-end c’est plus varié, on a des concerts, des projections de films. On vend également de bons produits locaux, bio quand c’est possible, en commerce équitable également. On travaille avec la brasserie Lancelot avec qui on a grandi mutuellement. C’est maintenant une grosse brasserie en Bretagne. On pratique également la vente directe de l’agriculteur au consommateur avec les AMAP, comme avec les paniers Hiroquo
http://panierhiroko.ouvaton.org/ .

La démocratie locale et l’écologie tiennent une place importante dans vos combats. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos actions?

Cela fait maintenant trente ans que je milite à Rennes et petit à petit, j’ai eu des responsabilités, jusqu’à devenir adjoint à la démocratie locale à la ville de Rennes. C’est un travail qui consiste à donner le pouvoir d’agir et de décider à la population sans passer par le prisme des élus. On veut construire des rapports plus directs au niveau de la démocratie, plus horizontaux et quotidiens.
L’action écologique du Papier Timbré, c’est de proposer et de faire le plus local possible. Au début, on avait une épicerie qui vendait des huiles essentielles ainsi qu’une partie librairie plus active.

Comment sont choisies les oeuvres que vous publiez?

Le panel de livres publié est très large mais les sujets sont toujours un peu engagés, singuliers en ou en marge. On peut faire des livres pour enfants comme pour adultes. Certains livres pour enfants sont en français, en breton, en langue des signes… C’est aussi une approche particulière et on veut des sujets un peu décalés par rapport à la norme (cahier de coloriage féministe, petit garçon qui porte une robe…). Pour les adultes, on va faire de la fiction, mais aussi de la littérature générale. On publie également de beaux livres comme celui de Sylvain Bertrand sur les bistrots en Bretagne, ou bien encore des bandes dessinées, ou des ouvrages sur l’Histoire de la région. C’est très varié mais toujours avec une touche d’engagement. On reçoit plus d’un millier de manuscrits par an et on en publie en général qu’un…

A chaque parution d’ouvrage, vous éditez une collection de gobelets réutilisables en lien avec l’oeuvre. Pouvez-vous nous en dire plus?

Nous avons réussi à créer un partenariat avec la brasserie Lancelot, et dès le départ on a voulu supprimer le gobelet plastique du bar. C’est un investissement mais c’est un élément clé. On en avait marre de voir une montage de gobelets partout et on a hâte que les gobelets plastiques jetables soient interdits. Il faut habituer les consommateurs à prendre cette habitude voire même sortir avec son propre gobelet. On associe les parutions, certaines nouveautés à l’édition du gobelet. On a une édition limitée de gobelets réutilisables (entre 500 et 1000). Les dessins fonctionnent bien, et correspondent à des illustrations dans les livres.

A Rennes, de nombreuses associations font des choses intéressantes sur le plan écologique, avec des épiceries en auto-gestion comme la Breizhicoop https://www.breizhicoop.fr/.
L’énergie renouvelable est également très importante et est elle aussi, en plein développement.

Pour suivre l’actualité du Papier Timbré et des éditions Goater, c’est par ici : http://www.papier-timbre.org/