Noël approche à grand pas, et les enfants rédigent leur liste de souhaits! La magie de décembre, ses lumières, ses jouets… mais à quel prix? L’industrie du jeu n’est pas aussi féérique : conditions de travail indignes pour les travailleurs, matières toxiques dans les jouets de mauvaise qualité… Ces derniers finissent souvent à la poubelle lorsqu’ils ne sont plus réparables, réutilisables, ou dépassés par les tendances. Les aspects environnementaux et humains sont catastrophiques.
Quentin et Marine ont ainsi décidé de s’attaquer à cette industrie polluante en proposant des jouets originaux, faits à partir de matières recyclées, et localement. Voici les Minimondes!

Les Minimondes, c’est quoi?

C’est un projet assez récent car nous avons commencé à commercialiser les Minimondes en juillet dernier, avec une équipe de trois personnes : je travaille avec Marine, qui est mon associée, et Nicolas, qui est designer. Nous sommes partis de deux constats : l’impact environnemental du jouet, à savoir 75000 tonnes de déchets par an en France, avec tous les problèmes liés au plastique et au Made In China. Nous avons rencontré 200 parents au début de l’aventure pour essayer de comprendre, et on a pris conscience d’une deuxième chose, c’est que le jouet n’a pas trop bougé depuis 20 ans. Les histoires et les valeurs transmises aux enfants sont finalement assez ringardes dans l’imaginaire des gens. Aujourd’hui les parents ont envie de transmettre des valeurs nouvelles aux enfants, et c’est dans cette volonté que nous avons créé une marque de jouet qui soit à la fois beaucoup mieux fabriquée, mais aussi de créer tout un univers avec l’idée de partir faire le tour du monde. C’est un sujet inspirant avec le partage, les découvertes, les cultures…

Que proposez-vous comme jouets?

Sur le site, nous proposons trois offres : jeu d’activité avec livre qui est un format papier, format jouet avec le petit van et les personnages, et un format coffret où on propose l’ensemble avec les jouets et le contenu.

Comment avez-vous créé et fabriqué ce van?

Nous avons beaucoup de monde avec nous, et nous avons été accompagnés par un studio de design spécialisé dans le jouet qui s’appelle Studio Boost. A l’illustration nous avons travaillé avec Antoine Corbineau, qui a créé tout cet univers, et nous avons un bureau d’études à Angers. Pour l’industrialisation cela se passe à la Forêt-Fouesnant, avec notre usine partenaire, et l’impression est à Landerneau.
Nos jouets sont en plastique recyclé; on est associé avec un laboratoire qui récupère des déchets, principalement de l’agroalimentaire, mais aussi de packaging, et de bois, ce qui donne un aspect assez naturel au jouet. Le plastique est labellisé compost, c’est à dire qu’il pourrait disparaitre en compost industriel.

Que se passe-t-il après le van des Minimondes? D’autres jouets à venir?

Oui bien sûr. Nous sommes à l’épisode 1, c’est le Grand Départ. L’épisode 2 sera à Bali, en février avec des balinéens en figurines, des animaux et du décor. Le but est d’avoir une nouvelle destination tous les deux mois, avec des jouets en lien avec le pays, pour transmettre aux enfants la découverte du monde. Dans les histoires il y aura toujours un peu d’éducatif sur le pays, sa situation géographique, ses recettes, la musique avec des playlists immersives. Nous voulons vraiment créer tout un univers et pas seulement faire du jouet, pour apporter du sens et transmettre ces valeurs différentes. On reverse 1% des bénéfices à une association qui fait voyager les enfants, Vacances et familles.

Les jouets Minimondes sont disponibles à l’achat sur le site https://lesminimondes.fr/
Bon voyage 🙂

Les Minimondes