Imaginez une épicerie en ligne qui livre chez vous des produits bio, éthiques, issus de filières locales, dont aucun ingrédient n’a été testé sur les animaux, fabriqués en France et qui vous fait réaliser des économies… « Impossible », « Le bio, c’est cher », « Dans un monde utopique, peut-être! » Et bien pourtant OUI, c’est possible; et c’est le défi que se sont lancés Lucas, Boris, et Nathan, en créant « La Fourche ». Plus besoin de passer des heures devant les étiquettes des produits de supermarché, vous êtes sûrs d’acheter des produits sains, et dans le respect de l’environnement. Nous sommes allés à l’entrepôt de La Fourche rencontrer Lucas, qui nous en dit plus sur son fonctionnement.

Qu’est-ce que La Fourche et quel est son concept?

« Nous avons créé un magasin en ligne de produits bio qui fonctionne grâce à une communauté d’adhérents. Chacun d’entre eux paye 59 euros par an pour accéder au service et commander autant de produits qu’il le souhaite. Cette fidélité de la communauté d’adhérents nous permet de diviser nos marges par 4 comparé à un magasin classique et de proposer par la suite des prix qui sont 50% moins élevés que dans le commerce. Nous voulons rendre ces produits accessibles à tous, grâce à l’adhésion. Pour chaque adhésion achetée, une est offerte à un foyer en situation de précarité. Nos clients peuvent ainsi économiser jusqu’à 250 euros sur un an. »

Avec quelles marques travaillez-vous et comment trouvez-vous vos partenaires?

« L’idée de La Fourche est de sélectionner les producteurs bio les plus engagés. Nous avons un cahier des charges qui s’organise selon trois grands axes;
La santé : la sélection de produits peu transformés, avec de bonnes qualités nutritionnelles.
L’environnement : favoriser les marques locales, qui limitent leurs déchets, le vrac, et dont l’impact carbone des produits est le plus faible possible
L’aspect social : travailler avec des producteurs labellisés commerce équitable, sur les produits exotiques par exemple.
Nous nous approvisionnons partout en France, et parfois à l’étranger, mais toujours dans une logique cohérente. On va préférer une marque de pesto italienne qui se fournit en basilic, tomate et en oignons dans la région où elle est implantée, plutôt que d’aller chercher des tomates en Espagne et des oignons en Pologne.
Nous avons un entrepôt à Livré-Gargan, là où nous recevons et stockons les produits avant de les mettre dans les colis, qu’on envoie ensuite partout en France. »

Qui sont les personnes qui travaillent pour La Fourche?

« Nous sommes plus d’une vingtaine de personnes aujourd’hui, et la majorité travaille à l’entrepôt. Certains sont magasiniers, qui sont en charge de remplir les étagères, d’autres sont packeurs, qui s’occupent de réaliser les colis. Nous travaillons avec des ESAT (travailleurs handicapés) pour faire le vrac par exemple, et nous embauchons également à l’Ecole de la Seconde Chance. »

En quoi la livraison est-elle plus écologique que l’achat en supermarché de proximité?

« La livraison en e-commerce sur des produits tels que les nôtres génère jusqu’à 4 fois moins de CO2 que lorsque tu achètes dans un magasin. Pourquoi? Car les magasins sont en fait comme des points relais. Ils se font livrer d’une centrale d’achat unique en France. Ensuite, les gens vont en général dans un magasin avec leur véhicule. Tu imagines 30 voitures se déplacer pour 100 paniers, alors qu’un camion de livraison va fournir 100 personnes. De plus, les magasins sont chauffés, climatisés toute l’année, et cela génère beaucoup d’énergie contrairement à un entrepôt unique.»

La Fourche est également adepte du zéro déchet, et réutilise tous les cartons de ses fournisseurs, qui sont broyés pour en faire du calage dans les caisses, ce qui lui permet d’être le seul e-commercant qui n’utilise aucun plastique dans ses colis. Tout est ainsi recyclé, et recyclable!

Pour plus d’informations et adhérer à La Fourche, c’est ici :

lafourche.fr