La moitié de la production annuelle de plastique est destinée à un usage éphémère, pour fabriquer des bouteilles jetables ou encore emballer individuellement des fruits et légumes. Selon la WWF d’ici à 2030, la production mondiale de déchets plastiques pourrait connaître une augmentation de + 41 %. Face à cette situation, des entreprises ont choisi de s’engager auprès de la Fondation Ellen MacArthur pour réduire cette pollution.

Bouteille plastique Coca Cola

Des entreprises s'engagent contre la pollution plastique

Dans son rapport, la WWF le reconnaît volontiers, le plastique n’est pas une mauvaise chose en soi. Toutefois, c’est son utilisation éphémère et les insuffisances de la filière de recyclage qui posent problème. Ainsi, ce sont au bas mot 8 millions de tonnes d’emballages à usage unique (sacs, bouteilles, gobelets, etc) qui se retrouvent chaque année dans les océans.

Face à la catastrophe écologique mondiale qui s’annonce, de nombreuses initiatives voient le jour. Celles-ci visent généralement à renforcer les filières de collecte et de recyclage, ou encore à valoriser ces détritus. C’est d’ailleurs le cas de Quantafuel qui veut transformer certains de ces polymères en divers carburants. Pour autant, aussi louables et motivantes que soient ces initiatives, elles ne parviendront jamais seules à endiguer le flot des détritus qui s’amoncellent à un rythme exponentiel.

C’est pourquoi la Fondation Ellen MacArthur a sollicité de nombreuses firmes afin de les pousser à s’engager, aux côtés d’ONG et de gouvernements, dans une démarche plus vertueuse afin de réduire la pollution plastique. Cent cinquante entreprises se sont montrées sensibles aux arguments de la fondation et ont choisi de s’engager afin :

  • de proscrire tout emballage plastique superflu ;
  • de développer des innovations pour que d’ici à 2025, la totalité des emballages produits puissent être valorisés d’une manière ou d’une autre (réemploi, recyclage, compostage, etc) ;
  • d’augmenter de manière significative leur utilisation de plastique issu du recyclage.
Bouteille plastique Coca Cola

Coca-Cola joue la carte de la transparence et dévoile des chiffres astronomiques

Parmi les 150 entreprises mondialement connues qui ont fait le choix de s’engager dans une démarche plus respectueuse de l’environnement, 31 seulement ont décidé de jouer le jeu de la transparence en dévoilant le volume annuel d’emballages plastiques qu’elles génèrent.

La plus importante d’entre elles, c’est The Coca-Cola Company. La firme a dévoilé qu’elle produisait 3 millions de tonnes de plastique par an. Le quotidien britannique The Gardian a ainsi calculé que cela représentait la bagatelle de 200 000 bouteilles à usage unique chaque minute, pour un production annuelle équivalente à 108 milliards de bouteilles PET d’un demi-litre.
Des chiffres d’autant plus renversants que le leader mondial du soda génère à lui seul 20 % des emballages plastiques. La part du recyclage n’est en revanche estimée qu’à 10 %, les 90% restants finissant donc dans la nature, incinérés ou enfouis dans les déchetteries.

Parmi les autres entreprises jouant le jeu de la transparence, on trouve Nestlé avec 1 700 000 tonnes, Danone avec 750 000 tonnes, Tetra Pack avec 721000 tonnes, Unilever avec 610 000 tonnes, Pepsi Co, Kellogg’s Company, H&M, l’Oréal ou encore L’Occitane en Provence.

Si cette démarche est louable et ne peut que contribuer à une réduction de la production de plastique à usage unique, il revient à chacun de faire un geste au quotidien pour la planète : fabriquer son propre shampoing solide, opter pour des gobelets réutilisables pour un mariage , acheter des aliments en vrac, etc.